Instructions Secrètes De Louis XV A Yves De Kerguelen

Instructions secrètes de Louis XV à Yves de Kerguelen

Dès son arrivée à l’Isle de France Yves de Kerguelen reçoit du Gouverneur Lieutenant Général de l’île les instructions secrètes du roi Louis XV comportant la double mission de:

  • trouver une route stratégique rapide pour rallier l’Inde à partir de l’Isle de France. Une route plus rapide que celles couramment empruntées par tous les navires traversant l’Océan Indien vers l’Inde permettrait en particulier à la France d’envoyer plus rapidement des navires pour la défense de ses comptoirs de l’Inde lors d’un éventuel conflit avec l’une des puissances présentes dans la région.
  • rechercher le fameux continent austral dont l’Europe rêve depuis des siècles. Le roi redoute en particulier que James Cook, alors en cours de son premier voyage dans l’océan Pacifique, ne mette à profit cette opportunité et ne découvre le premier le continent tant convoité, que Louis XV voudrait bien ajouter à sa couronne.

L’expérimentation d’une nouvelle route entre l’Isle de France et la côte de Coromandel

Yves de Kerguelen est avide de remplir la première partie de sa mission. Aussi, il fait armer très rapidement les deux nouveaux navires mis à sa disposition. Il est très vite en état de prendre la mer et appareille le 13 septembre 1771.

Louis de Saint Aloüarn est si faible qu’il ne peut prendre part à la première partie de la mission qui consiste à expérimenter le plus court chemin entre l’Isle de France et la côte de Coromandel en Inde. C’est donc son second, Charles Marc du Boisguehenneuc, qui prend le commandement du « Gros Ventre ».

L’expédition sera de retour le 8 décembre 1771, après près de trois mois de navigation, mais ne sera pas très concluante, Kerguelen étant relativement hésitant à affirmer que la route suivie est préférable à celles suivies habituellement.

A la recherche de la Terra Australis Incognita

Rappelons que ce continent austral était supposé exister pour contrebalancer les masses continentales de l’hémisphère Nord. Et les géographes, les mathématiciens, les cartographes, les scientifiques, et les rêveurs qui l’imaginaient à une latitude Sud comparable à celle de l’Europe dans l’hémisphère Nord avaient finalement raison, en un sens, car ce continent existe bien, mais un peu plus au Sud: c’est le continent antarctique, positionné autour du pôle Sud, qui recouvre une surface de 14 millions de km², soit approximativement 2 fois la superficie de l’Australie.

Terra Australis Incognita

Terra Australis Incognita

Kerguelen a hâte de se lancer dans la seconde mission de recherche de la « Terra Australis Incognita » , baptisée par avance « France Ostralle » . Cette mission est pour lui l’occasion d’exécuter « l’entreprise la plus hardie, la plus importante et la plus glorieuse » .

Dès son retour de la première mission dans l’Océan Indien, il fait donc de nouveau réarmer et réapprovisionner très rapidement les deux navires. L’expédition est prête et appareille le 16 janvier 1772 de l’Isle de France. Saint Aloüarn, à peu près rétabli, a repris le commandement du « Gros Ventre ».

Il semble que ce ne soit qu’une fois en mer que Kerguelen se décide à révéler aux équipages des deux navires l’exacte mission qui les attend.

Cinglant d’abord plein Sud dans des conditions de mer de plus en plus difficiles, Kerguelen décide le 12 février, après un mois de navigation, de bifurquer et de suivre une route Est dans la direction duquel les oiseaux de mer semblent se diriger le soir venu. Bien lui en a pris, car le lendemain, 13 février vers 18 heures, on entend un matelot crier: « Terre à tribord ! Terre ! »

Tôt le matin du 14 février, Saint Aloüarn rejoint Kerguelen à bord de la « Fortune » pour un « conseil de guerre ». C’est bien entendu l’effervescence à bord des deux navires. On le tient, finalement, ce fameux continent austral !

Archipel des Kerguelen

Archipel des Kerguelen

Il est décidé que la gabare de Saint Aloüarn, le « Gros Ventre » , plus maniable, se rapprochera de la terre et enverra en expédition un canot chargé d’une vingtaine de matelots et soldats dans cette baie que l’on aperçoit et qui paraît propice à un débarquement, pendant que la flute de Kerguelen, la « Fortune » , restera au large à tirer des bords en attendant la réalisation de ce débarquement. Si le débarquement est possible, Boisguehenneuc accompagné du détachement de soldats embarqués dans le canot prendra possession de cette terre nouvelle au nom du roi de France.

Le canot que commande Boisguehenneuc est mis à la mer et parvient sur cette terre que vraisemblablement personne avant eux n’a jamais foulée. L’équipage du canot y rencontre quantités de pingouins et lions de mer dont ils tuent un grand nombre pour approvisionner le bord en viande fraiche. Boisguehenneuc et ses hommes arpentent la plaine et escaladent une colline pour apprécier la nature de la découverte.

Puis, avant de quitter les lieux, Boisguehenneuc et ses hommes prennent possession, ce 14 février 1772, de cette nouvelle terre au nom du roi de France en pratiquant les cérémonies d’usage en pareille circonstance.

Ce que Kerguelen avait pris pour ce fameux continent austral n’était en fait que l’île principale d’un archipel du Sud de l’Océan Indien, qui fut plus tard baptisé … archipel des Kerguelen !

Pendant ce temps, à bord du « Gros Ventre », on a perdu de vue la « Fortune », et la brume se lève. On a beau tirer du canon, point de « Fortune ». Kerguelen et son navire se sont volatilisés. Toute la journée du 15 février le « Gros Ventre » navigue dans les environs, espérant retrouver la « Fortune », en vain.

La brume s’épaissit, multipliant les risques de se briser sur un récif. Le froid très vif fait rapidement des ravages dans l’équipage. Quinze hommes meurent du froid et du scorbut. Saint Aloüarn n’a d’autres choix pour préserver son équipage, le 17 février, que de tourner le dos à ces parages mortels et à faire route au Nord vers des latitudes plus clémentes, vers un secteur de ralliement convenu d’avance avec Kerguelen en cas de séparation des deux navires. Ce secteur est entre 90° et 96° de longitude Est le long du 40ème parallèle Sud.

Que va faire à présent Saint Aloüarn? La mission de découverte et de prise de possession de ce qu’il croit être la « Terra Australis Incognita » ayant été accomplie, va-t-il retourner vers son point de départ, l’Isle de France? Ou les instructions secrètes de Louis XV à Yves de Kerguelen comportaient-elles un autre volet? Demandaient-elles de réaliser autre chose? Contenaient-elles en particulier une instruction concernant une éventuelle prise de possession de l’Australie par la France?

Suivez-nous !

facebooktwittergoogle_pluslinkedinrssyoutube

Catégories

Archives

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien